Les métiers de la conchyliculture 

Notre entreprise compte une dizaine de personnes à temps plein et environ vingt-cinq de plus pour les fêtes de fin d’année.

 

Ce métier est parfois rude et difficile et chacun à sa spécialité. La plupart du temps les femmes travaillent à terre et les hommes en mer ou dans le marais.

Nos quatre ouvrières ostréicoles, appelées communément femmes de cabane, sont chargées de travaux variés mais invariablement manuels et exécutés souvent dans le froid et l’humidité.

 

Elles s’occupent du détroquage séparation des jeunes huîtres collées entre elles, du triage afin d’uniformiser les lots d’huîtres mis à l’élevage, du calibrage, consistant à regrouper les huîtres en lot homogène appelé calibre ou numéro (lien vers page calibre) fait à la main et plus récemment à l’aide d’une calibreuse.

 

Et enfin, elles conditionnent les huîtres, comptées unes à unes et mise en bourriches, puis pesées et cerclées, prêtes pour l’expédition.

 

Elles apportent le plus grand soin au conditionnement, qui permet une bonne conservation de l’huître.

Culture des huîtres ...

Les quatre ouvriers (marins) sont chargés de la culture des huîtres, de la naissance à la commercialisation, et de l’entretien des parcs et des champs de claires. En toutes saisons et par tous les temps, ils naviguent sur les navires ostréicoles l’Ecaille d’Argent et l’Amiral Pierrot.

 

Notre entreprise élève les huîtres de bout en bout. Le cycle d’élevage des huîtres pratiqué par nos marins se décompose comme suit :

Toutes ces opérations se déroulent simultanément. Trois ou quatre générations d’huîtres sont cultivées en même temps. La culture, l’affinage et la commercialisation sont concomitants.

Entretien des parcs ...

Entretien des claires ...

Chaque année les claires doivent être entretenues pour conserver leurs qualités et remplir leur rôle lors de l’affinage.